Confiné et escorté partie 3

Confiné et escorté partie 3

Romane est allée vers la porte, nue, en riant, je lui ai dit « non n’ouvre pas comme ça ! ». en plus, j’étais nu aussi et assez gêné.

Elle a ouvert la porte en grand au traiteur, un homme brun, la cinquantaine, cheveux courts, yeux noirs, le teint mat, costaud et jovial.

Il lui a souri en la saluant, je voyais bien qu’il la dévorait du regard, et je trouvais même cela excitant.

Elle lui a demandé son prénom, Francis, et lui a demandé de déposer le repas sur la grande table. Elle lui a montré le chemin, il la suivait en matant son superbe cul nu ondulant et a posé le repas sur la table.

Elle est ensuite allée chercher de l’argent dans son sac, lorsqu’elle se penchait, ses seins balançaient et ses tétons pointaient bien durs vers le sol, comme de belles mamelles, elle était super bandante, et Francis la matait à fond, tout rouge.

En lui donnant l’argent, elle était presque collée à lui, complètement nue, je la trouvais à la fois dingue et super excitante. Elle lui a demandé comment se passait le confinement. Il a dit qu’il n’avait pas beaucoup de clients, et qu’il était seul chez lui en rentrant et que nous étions ses derniers clients.

Romane lui a dit que si il avait le temps, il pouvait se joindre à nous, après tout, en passant un bras autour de ses épaules, ses seins nus collés contre lui. Il a regardé vers moi, et je lui ai dit « bien sûr, Francis, nous serions ravis de passer du temps avec vous ! ».

Il a accepté, et Romane lui a servi à boire. Nous avons trinqué tous les trois, et Francis s’est détendu.

Nous lui avons expliqué notre arrangement, et Romane a commencé à se frotter contre moi, à me caresser le torses, les cuisses, le sexe, et moi, j’embrassais sa nuque en caressant ses seins, ses tétons, les faisant durcir devant Francis. Il était rouge et je voyais une belle bosse dans son pantalon.

J’ai descendu ma main vers les cuisses de Romane et les ai écartées, sa chatte qui portait juste un ticket de métro était trempée et j’ai caressé son clito, Romane écartait bien les jambes et Francis matait. Romane a dit à Francis « déshabille-toi, mets-toi à l’aise comme nous » ; il a obéi et je l’ai invité à sentir le parfum de Romane.

Il s’est assis à côté d’elle, il bandait bien dur. Je lui ai dit « vas-y, caresse les seins de Romane, elle adore ». Romane s’est tournée vers lui, a pris ses mains et les a posées sur ses seins qu’il a caressés avec déléctation pendant que je caressais son clito.
J’ai dit à Francis que Romane adorait qu’on la téte, il a alors léché ses tétons, je voyais sa langue passer sur les tétons gonflés de Romane, tout brillants, et j’étais de plus en plus excité, surtout lorqu’elle a commencé à gémir. Francis a alors sucé son téton tout en caressant l’autre avec ses doigts. Romane gémissait, elle avait envie d’être tétée, et j’ai sucé l’autre téton. Elle était aux anges, elle gémissait en criant encore ! Et nous la tétions tous les deux avec délice.

Francis a alors introduit deux doigts dans la chatte de Romane pendant que je caressais son clito et nous tétions encore ses gros seins. Romane se cambrait, gémissait, elle mouillait, et je léchais sa mouille. Elle a joui une première fois, envoyant un jet de mouille que Francis et moi avons léché.Puis elle s’est mise à genoux sur le canapé, ses mamelle pendantes, offertes comme son cul et sa chatte.

Francis a attrapé ses hanches et a fourré sa grosse bite dans sa chatte, en levrette, moi, j’ai caressé les seins de Romane, ses tétons, et elle a attrapé ma queue pour la sucer goulûment ; c’était trop excitant de voir Romane se faire baiser comme une chienne devant moi et prendre son pied.

Puis Francis a pris ma place pour se faire sucer la bite par Romane, et moi, par-derrière, j’ai léché sa chatte, son cul, son petit trou qui s’ouvrait, et pendant qu’elle gémissait de désir, je me suis introduit doucement mais profondément dans son cul de salope, jusqu’à la garde, et pendant qu’elle faisait gicler Francis en le suçant, je l’enculais comme une pute, faisant claquer mes couilles sur son superbe cul.

Cette garce hurlait de plaisir et en redemandait. J’ai joui tout mon foutre épais et chaud dans son cul, pendant que Francis suçait ses tétons, elle jouissant en hurlant.

Puis, je lui ai donné ma queue à nettoyer, elle a léché avec gourmandise, et Francis, qui bandait de nouveau, s’est introduit dans sa chatte trempée…c’était tellement excitant que ma queue s’est remise à durcir et j’ai pris le cul de Romane, elle était assise sur nos queues, et nous la baisions en double, et nous avons tous joui comme des fous.

Francis est parti ensuite, promettant de revenir bientôt.

Moi, je vous raconte cette histoire, Romane lit de temps en temps et donne son avis, et quand je parle de ses beaux tétons, elle les frotte contre mes lèvres, en caressant ma queue…j’adore ce confinement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *