Le téléphone rose de Noël

Le téléphone rose de Noël

Je m’appelle Guillaume et j’ai 27 ans, célibataire, je termine mes études de médecine, je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à une éventuelle petite amie. Cela fait peu de temps que je me suis installé dans un charmant deux pièces en centre ville.

Dans le miroir, je ne suis pas mal, grand, brun, bien bâti, un petit ventre, un peu dégarni sur le devant, un grand front, des yeux marrons et un sourire gentil. Je sais que je m’empâte un peu, je ne suis pas sportif, mais j’aurais beaucoup à apporter à une femme. Et puis, j’ai une bonne libido qui ne demande qu’à s’exprimer autrement que par les branlettes en solo.

Nous sommes le 24 décembre et je m’ennuie, seul, il est 21h, je n’ai pas envie de regarder la télé. J’ai envie de sexe, mais je suis seul, j’ai envie de parler, de contact humain. Je vais appeler le téléphone rose.

C’est la première fois pour moi et je me demande comment cela va se passer, je suis un peu timide. J’appelle, choisis mon hôtesse, et j’attends, elle parle déjà avec un homme. C’est excitant, je les écoute, je me prends au jeu de leur scénario, l’homme lui décrit son fantasme, elle le suit, elle se caresse, je l’entends gémir, je l’imagine, et me voilà excité, je me caresse doucement la queue. L’homme jouit, je le comprends, et ils se disent au revoir chaleureusement, apparemment, c’est un habitué et ils s’entendent bien. Je me sens à l’aise

C’est mon tour, l’hôtesse se présente, et moi aussi. Elle se décrit physiquement, une grande brune aux yeux clairs , avec de gros seins, un cul rebondi, une chatte serrée, elle me plaît et sa voix est chaleureuse, excitante aussi. Je lui demande de réaliser un fantasme, qu’elle soit une inconnue dans un bar et que je l’aborde, et la suivre ensuite dans sa chambre d’hôtel. Elle me donne des détails, je m’y vois déjà, je me branle la bite bien dure, et elle se caresse comme je lui demande, les seins, le ventre, le clito, et elle gémit, je finis par jouir, en imaginant la prendre nue, par-derrière contre un mur.

J’ai envie de parler avec elle, alors je lui dis que j’aimerais rencontrer une femme, même juste pour une aventure car j’ai besoin de chaleur humaine, de sexe, de sensualité, de contact aussi ; elle me comprend bien, et me parle, me conseille. Et là, elle me lance un défi. Ca l’embête que je soies seul surtout un soir de réveillon, et elle me dit qu’il doit y avoir plein de filles dans le même cas que moi. Elle me dit d’aller dans un bar, de draguer, et de réaliser le fantasme qui nous a fait jouir juste avant, avec une inconnue. Je la prends au mot et je promets de la rappeler pour lui raconter.

Je me rends dans un bar, en ville, il y a une belle femme au comptoir, la quarantaine, brune, sophistiquée, jupe courte, bottines à talons, décolleté provocant, gros seins fermes. Elle est seule au bar. Elle me plaît beaucoup, j’aime les femmes plus âgées, sûres d’elle, sexy et provocantes. Mais je n’ose pas. J’appelle mon hôtesse de téléphone rose, qui me conseille, me coache et je suis confiant. Je raccroche et j’aborde mon inconnue, lui offrant un verre qu’elle accepte volontiers en souriant.

Je me rappelle mon fantasme de l’inconnue que j’ai joué avec mon hôtesse, qui m’excite tant. Je me lance avec la belle inconnue, je la charme, je lui parle à l’oreille, je la complimente, je la drague, et je la mate à fond sans me cacher. J’ose mettre ma main sur sa cuisse, et elle me dit à l’oreille que ça l’excite. Elle me dit de la rejoindre dans sa chambre d’hôtel au-dessus du bar.

Elle part devant, je la rejoins quelques minutes plus tard. Elle m’ouvre la porte, entièrement nue, ses gros seins fermes et ronds pointent fort, je les saisis à pleines mains, et j’embrasse passionnément mon inconnue. La belle est très chaude, elle me déshabille, se colle contre moi. Je sens ses seins nus et ses tétons tendus contre mon torse brûlant, son ventre se colle au mien, elle presse fermement mes fesses, je bande bien dur.

Elle se met à genoux et me suce le gland, me lèche la bite, l’avale, et j’appuie doucement sur sa tête. Puis elle s’allonge sur le lit, jambes écartées, sa chatte serrée offerte, je bouffe son clito, je mets deux doigts dans sa chatte, elle hurle de plaisir et se cambre.

Elle se retourne et vient frotter son beau cul bombé contre ma bite en feu, mes couilles pleines, je suis fou d’excitation, elle mouille à fond, j’en profite pour fourrer ma queue bien profondément en elle, et elle crie de joie à chaque va-et-vient. Elle me supplie de l’enculer, je crache sur son petit trou, et je m’enfonce dans son superbe cul, je jouis tout mon sperme en elle.

Je reprends des forces en léchant son clito et toute la nuit, je baise mon inconnue, elle me baise, putain de nuit de Noël.

Elle me quitte au petit matin, je ne sais même pas son prénom. Comme promis, je rappelle mon hôtesse bien-aimée, et je lui raconte tout en détails, elle me félicite, et comme c’est Noël, nous trinquons au champagne. Joyeux Noël !

Voir toutes les filles connectées en ce moment

3 réactions sur “ Le téléphone rose de Noël ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *