Petits fours moi

Petits fours moi

La femme, cet être empli d’élégance, de savoir vivre, et de subtilité … Sauf quand elle a LA DALLE.
Et désolée de vous l’annoncer, mais cela se voit.

Tellement que quand nous arrivons en soirée, on pourrait presque voir le panneau « Morte de faim » pendu à notre cou ou pire encore, le gyrophare qui clignote sur notre tête.
C’est certes moins flagrant que la fumée qui s’échappe de la culotte mais je vous rassure, c’est l’étape suivante.

Donc nous, les filles, lorsque nous sommes de sortie, nous essayons de nous convaincre que nous n’avons rien d’un « chasseur ». Aaaah non, ça c’est réservé aux mecs.

C’est vrai. Nous sommes bien pires. À peine entrées dans la pièce, nous déclenchons notre radar à beaux gosses, capable de balayer jusqu’à 120 mètres carrés option vision à 360 degrés. Et là dans nos pupilles, c’est Disneyland.
Non, on n’est pas venue chasser, on est venue « faire notre marché ». Nous sommes des êtres civilisés tout de même !
Reste à savoir si demander à tâter le produit après 3 Mojitos entre dans les critères du civisme en société.
Mais reprenons.

Lors de la phase de repérage, il est fréquent que nous ne trouvions pas la perle rare. En revanche, nous avons cette capacité à revoir nos exigences à la baisse. La faim justifiant les moyens et l’appétit, nous entamons une véritable partie de « Qui est-ce ? »

– Est-ce qu’il a une meuf ?
Alors déjà, on oublie tous les binômes.
– Est-ce qu’il a des lunettes ?
– Est-ce qu’il a des cheveux ?
– Est-ce qu’il a un costume Armani qui coûte 3 mois de mon salaire ?
– Est-ce qu’il a un mec ? Etc etc, selon vos goûts, évidemment.

Si tout va bien, il en reste un, voire deux. Nous choisirons donc le meilleur et garderons l’autre au cas où. Ce n’est pas malhonnête, c’est typiquement féminin. Comme demander deux sucres avec le café quand on sait pertinemment qu’on en prend qu’un. Mais juste au cas où …

Sélection faite, nous entamons la phase d’approche. Le problème c’est que déjà les 3/4 de l’assemblée ont remarqué notre petit manège.
Queue nenni. La tête haute, le regard brillant, et la culotte cuisson vapeur, nous fondons sur le malheureux comme Nutella au micro-ondes . Et quand on a la patte à tartiner, on en deviendrait collante.

Force est de constater que notre victime est généralement la seule à ne pas avoir remarqué notre parade nuptiale digne d’un paon épileptique coincé dans une culotte effet « ventre plat ».
Nous l’abordons. Nous gloussons.
Il a à peine dit Bonsoir que déjà nous rions à gorge déployée. « Qu’est-ce que tu es spirituel, et drôle avec ça ! »
Il a juste dit « Salut » le pauvre gars.
Et vas-y qu’on se trémousse, qu’on parle trop fort, qu’on tripote frénétiquement notre chevelure à s’en faire des dreadlocks (surtout si nos doigts sont encore imprégnés du blini/tarama du buffet).

Et puis on parle. Bla-bla-bla bla bla bla.
Un peu comme si un blanc dans la conversation était équivalent à un arrêt du cœur. Sur l’électrocardiogramme de notre discours, on peut nettement définir une activité continue. Des fois on en oublierait presque de respirer.
Ce qui explique certainement pourquoi au bout d’un moment, le mec propose d’aller nous chercher un verre. Bien qu’il puisse y avoir tout un tas d’autres raisons tout aussi valables :

– Il tente de s’esquiver en douce
– Il compte nous réhydrater car on commence à mousser au coin de la bouche
– Il cherche un moyen de nous faire taire
– Il va pouvoir y mettre du GHB (cette option reste toutefois assez rare)

S’il revient effectivement avec des rafraîchissements, vous ne pouvez pas pour autant dire « Banco ».

La légende veut que notre vessie se rappelle à notre bon souvenir alors que ce n’est franchement pas le moment. Il est possible de se retenir mais en général quand on a les yeux jaunes, c’est qu’il est temps.
Afin de ne pas laisser notre proie filer, il est de bon ton de lui refourguer notre sac à main. « Tu me le tiens, j’reviens ». Il n’a pas le temps de répondre que déjà vous simulez une intoxication alimentaire pour que la place aux toilettes se libère.

Et alors qu’on fait pipi, nous revient à l’esprit le contenu du sac en question: Capotes, chewing-gums, le livret calories Weight Watchers , deux Snickers, les suppositoires de mamie qu’on est passée récupérer à la pharmacie, et une vieille ampoule pour la taille du culot si on passe à Casto.
Prise de panique à l’idée que notre presque-rencard puisse aller farfouiller, on ressort précipitamment des toilettes. Et c’est ainsi que nous traversons l’assemblée, la jupe coincée dans l’élastique de la culotte et l’iPhone dans le décolleté.

Sur une chaise, notre sac, seul, surmonté d’une serviette en papier portant ces mots : « Je te conseille les ampoules basses consommation, bonne continuation ».

Et voilà comment nous passons de lionne à charogne, consciente que la seule chose qu’on va s’enfiler ce soir, ce sont les cacahuètes restées sur le bar.

La prochaine fois si t’as trop envie, reste chez toi et mange une Knackie. Cela t’évitera déconvenue mais surtout des cons partis.

9 réactions sur “ Petits fours moi ”

  1. Thibault le dominateur Réponse

    Bonjour à toutes les femmes du réseau ❤️❤️❤️❤️❤️. Pour répondre à ta question Fauve bien sûr que Lara écrit et je sais combien sa plume est effectivement jolie je dirais même magnifique et avec une touche d’humour de vérités ( Vera ) et de franc parler je t’aime ma chérie d’amour de salope de petite bétonne et aussi, toujours avec une pointe de mystères qui m’excite énormément à chaques fois HUMMMMMM… Cependant je m’attendais à une fin plus finie et se serait bien une suite pour ne pas resté sur sa fin mais tu fais comme tu le sens ❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️

    Au plaisir de faire un appel privé avec toi Fauve à l’occasion; trop hatte d’y être ta description m’intéresse beaucoup hummm et c’est peu de le dire………..

    PS: Toi aussi Juliette je sais combien ta plume est sensuelle et excitante…..

    Bisous partout et très coquin à toutes les auditrices du réseau et c’est bien mérité groooos bisous mes chères. Thibault.

  2. Juliette Réponse

    J’adore ton texte, il est vraiment super! J’ai pas pu m’empêcher de penser à quelques références: Sex and the city pour le côté franc parler et le ton décomplexé, Bridget Jones pour la loose et la maladresse. Avec ce petit côté cynique et sarcastique à la Miranda. Bref, c’est très réussi.
    Je t’embrasse ma belle 😉
    Au plaisir de faire un trio avec toi un de ces quatre

    • Lara Réponse

      Coucou Juliette

      Merci beaucoup pour ton retour si gentil.

      Effectivement je n’y avais pas pensé mais Bridget Jones dans le rôle la jupe coincée dans l’élastique de sa culotte lui irai à ravir …Excellent 😉

      J’espère qu’un jour l’occasion nous sera donnée de faire un trio ensemble .

      Je te souhaite une belle soirée .

      Bisou

      Lara

  3. Vera Réponse

    Bonjour Lara

    C’est excellent , j’adore ta pointe d’humour et de vérité
    Tu as une très belle plume

    ¨Promis si je sors je viderai mon sac à main avant , sourire

    Merci d’avoir partager ce texte

    Bisou

    • Lara Réponse

      Bonjour Vera,

      Quel plaisir de te savoir ravi merci beaucoup pour ton gentil compliment .

      Je te souhaite une bonne semaine.

      Gros bisou

      Lara

  4. Christian Réponse

    Excellent récit qui ne manque pas d’humour et très belle plume. Voilà qui m’aidera à en savoir un peu plus sur ce qu’ont les femmes dans la tête durant ces soirées (mais on s’en doutait un peu, tout le monde a la même raison d’être là) ce qu’elles pensent ….et aussi à être un peu plus attentif à leur manège. Merci Lara pour ce texte. Bisous

    • Lara Réponse

      Bonsoir Christian ,

      C’est un plaisir d’écrire et de partager.
      Je suis ravie que cela te plaise et te remercie de ton sympathique retour.

      Bisou

      Lara

  5. Fauve Réponse

    Oh bonjour Lara !!

    Je ne savais pas que tu écrivais (je te lis à l’instant de mon RER)!!!

    Sympa ce récit ! Une pincée d’humour avec des touches de vérités auxquelles les célibataires prédatrices se reconnaissent quand on active le mode “j’ai faim”…(je me reconnais parfois).

    Bisous ma jolie. Fais attention à toi.

    • Lara Réponse

      Coucou Fauve,

      Merci pour ton retour.

      J’écris depuis longtemps…

      Je délivre de façon ponctuelle mes textes avec mon entourage amical depuis pas mal d’années. C’est leur retour positif qui m’a décidé à publier sur le blog.

      J’essaie de rester dans la dérision avec parfois une légère pointe de vérité … Ou de vécu.

      Merci encore Fauve
      Gros bisou
      Lara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *