Sous la robe 2

Sous la robe 2

Vous vous souvenez de moi, Sylvie, je suis en train de divorcer de Jean, et comme je ne compte pas rester abstinente pendant que mon futur ex-mari a le démon de midi, je m’envoie en l’air avec Philippe, mon avocat, qui est vraiment un sacré bon coup !

L’autre fois, dans la chambre d’hôtel, après avoir baisé comme des dingues, je lui ai mis un petit doigt dans le cul et il a redémarré vite fait. Alors, nous avons passé la nuit au lit, d’abord en 69 jouant les explorateurs sans limites.

Philippe m’a léché la chatte en douceur, d’abord le clito qu’il a fait gonfler et gicler plusieurs fois en tournant autour avec sa langue puis l’intérieur de ma chatte en raffermissant sa langue habile. Ma chatte brûlante lui a envoyé des petits jets qu’il a avalés avec délectation.

Je lui ai d’abord massé et léché ses grosses couilles, puis j’ai sucé son gland, lui donnant des petits coups de langue pour l’agacer, et j’ai ensuite branlé sa grosse queue dans ma bouche en le suçant ensuite totalement en gorge profonde ; mais comme j’avais encore envie qu’il me prenne comme une grosse salope, je me suis mise en levrette pour une bonne sodomie, et nous avons pris notre pied comme des fous.

Le lendemain matin, nous étions en retard et nous nous sommes dépêchés de prendre une douche, un petit coup en vitesse, et beaucoup de jouissance et nous voilà en train de sortir de l’hôtel. J’adore de plus en plus ce divorce qui m’a permis de baiser avec cet avocat hyper canon.

Dans l’ascenseur, Philippe et moi nous caressons, et pas de chance, lorsque la porte s’ouvre, nous sommes en train de nous rouler des pelles et Philippe a ses mains sous mon pull, sur mes tétons dressés et il bande bien fort. Pas de chance, devant nous, il y a Jean, mon futur ex-mari, choqué.

Il me traite de grosse pute, de salope, il n’a pas tort, mais j’aurais aimé qu’il le fasse avant, dans notre intimité…et il jure qu’il est d’accord pour divorcer et que je vais avoir affaire à son avocat !

Philippe rejoint son cabinet, il travaille toute la journée.

En fin de matinée, je reçois un appel de l’avocat de Jean qui souhaite en finir au plus vite. Nous nous fixons rendez-vous au tribunal, puisque Maître Thierry.H finit de plaider à midi.

J’arrive un peu avant midi au rendez-vous, et j’aperçois Maître Thierry.H, qui sort de l’audience. Il est grand, la quarantaine, les cheveux noirs, les traits virils, la bouche charnue, sensuelle, et le regard bleu clair. Il porte sa robe d’avocat et marche d’un air décidé. Je le trouve hyper sexy, décidément, le tribunal est plein de bonnes surprises !

Je l’aborde en me présentant, et je vois qu’il me dévisage avec intérêt de la tête aux pieds et il a l’air d’aimer ce qu’il voit ; je porte une jupe courte, moulante, et un chemisier décolleté qui laisse apparaître ma poitrine généreuse. Il m’invite à entrer dans un bureau privé et nous discutons des modalités de mon divorce.

Il me dit alors que mon mari est furieux de m’avoir surpris avec mon avocat à l’hôtel. Je lu dis franchement que oui, j’ai couché avec lui, mais bon, mon mari a été infidèle lui aussi, et je ne me vois pas rester abstinente toute ma vie, alors autant commencer tout de suite à reprendre une vie sexuelle, car j’ai des besoins. Il me sourit avec un air coquin et me dit «  vous aimez particulièrement les avocats ? Je saisis la perche et lui réponds «  oh oui, j’ai toujours été curieuse de savoir ce qui se cache sous leur robe ! ».

Maître Thierry.H a fermé la porte à clé, et s’approchant de moi, assise sur une chaise, a soulevé sa robe d’avocat, il était nu dessous ! j’ai saisi sa grosse et longue bite bien dure, et l’ai placée entre mes gros seins pour une belle branlette espagnole. Il a serré mes seins l’un contre l’autre pour mettre sa queue à l’étroit et s’est branlé et me caressant les tétons. J’ai sucé son gland, puis j’ai enfourné sa queue entièrement dans ma bouche pendant qu’il me doigtait la chatte.

Puis, il m’a poussée contre le bureau, a relevé ma jupe et m’a léché la chatte, le cul, j’étais super excitée, je mouillais à fond. Il a frotté son sexe contre mon cul puis m’a pénétrée au fond de ma chatte en feu. Ses grosses couilles pleines et dures claquaient contre mon cul, je criais de plaisir et lui aussi. Puis il s’est retiré, et m’a enculée en me tenant par les hanches, mes nichons nus posés sur le bureau. J’ai joui en hurlant de plaisir et lui aussi, en me limant le cul.

Voilà, je sais ce qu’il y a sous la robe des avocats maintenant… pas grand-chose pour celui-ci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *