Baisée dans la cave

Bonjour à tous, je m’appelle Daniella, et je voulais vous raconter le plus grand de mes fantasmes. Mais avant toute chose, je tenais à me décrire. Je suis blonde aux yeux bleus, j’ai la cinquantaine, je mesure 1m71 pour 58kg. Je suis une femme BCBG, bien dans ma vie puisque je suis conseillère financière. J’aime les dessous sexy. Ma préférence va plutôt pour les ensembles torrides (string avec porte-jarretelles + soutien-gorge assorti), dans les tons rouges et noirs, dans lesquels j’aime mouler mes jolies petites fesses rebondies ainsi que mon 95D.

Mariée depuis 20 ans à un homme très gentil, mais hélas trop occupé par son travail et ses copains. J’avais envie de changement, de bousculer mes habitudes, mais surtout de me sentir très chienne, voir humiliée. J’étais en cruel manque de testostérone. Nous habitons dans une banlieue parisienne plutôt calme. Il y a bien quelques cités, mais je n’avais pas pour habitude de m’y aventurer. Jusqu’à ce fameux soir, où manquant de farine pour faire mon gâteau, je me suis exceptionnellement rendue à une petite épicerie qui se trouvait en bas d’une tour.

J’étais sortie avec mon manteau de fourrure, mes talons aiguilles noirs, mes jolis bas couture (avec la ligne qui marque bien l’arrière de la jambe), et ma magnifique robe moulante rouge vif. Je m’étais attaché les cheveux en chignon strict. Je n’avais pas l’intention de traîner trop longtemps dans ce secteur, mais ça c’était juste avant que je croise Hassan En entrant dans l’épicerie, j’ai senti qu’il me regardait avec envie. C’était un petit jeune de la vingtaine. Il portait un pantalon de survêtement, des tennis un sweat à capuche et une casquette. Il fumait sa clope juste devant le magasin. En temps normal, je ne me serais même pas retournée sur ce type d’homme. Mais là, le voir me fixer en passant constamment sa langue sur ses lèvres m’excitait au plus haut point.

Il ne m’avait pas quitté du regard, alors quand je suis sortie de l’épicerie, je me suis dirigée vers lui pour lui demander pourquoi il me regardait avec autant d’insistance. Il m’a répondu que j’étais une très belle femme et qu’il pourrait me faire l’amour comme jamais aucun homme ne me l’avait fait. Il m’a invitée à le suivre. Ah début, je n’étais pas très chaude, et puis je le suis dit que ça valait le coup d’essayer. J’allais pouvoir me faire baiser intensément, et sans doute jouir (chose qui ne m’étais pas arrivée depuis longtemps).

Il m’a emmené dans une cave, située sous une tour. Il y avait tout un tas de palettes à même le sol,  qui semblaient avoir été placées là dans un but bien précis. Elles étaient recouvertes de quelques couvertures. La lumière du plafonnier était faible et clignotait par intermittences. Il m’a enlevé mon manteau, et s’est mis à mes pieds afin de pouvoir baisser mon string. Il m’a fait placer un pied sur les palettes, afin que je puisse bien écarter mes cuisses brûlantes de désir, puis a commencé à passer sa langue sur ma petite chatte qui était déjà toute trempée. Il m’a fouillée avec ardeur, en prenant soin de bien enfoncer sa langue tout au fond de chacun de mes trous, puis a commencé à me doigter la chatte tout en me fouillant le cul. Ma mouille de salope dégoulinait le long de mes cuisses et sur son visage.

Je l’ai supplié de me baiser. Il m’a basculée violemment sur les palettes et m’a ordonné de me mettre à quatre pattes, pour m’enfoncer sa grosse bite tout au fond de mon cul. Je croyais comme une bonne chienne, alors il m’a saisie par les cheveux en m’ordonnant de fermer ma gueule de pute et en me faisant sucer ses doigts. Il m’a bien défoncé en me prenant par les hanches. Je sentais ses grosses couilles pleines de foutre taper sur mon joli petit cul. J’étais tellement excitée que j’en voulais encore plus.

Soudain, un de ses potes est arrivé. C’était un grand black, bien baraqué et surtout très bien monté. Je n’ai même pas eu le temps de connaître son prénom qu’il m’avait déjà mis son énorme queue dans la bouche. Il me faisait la bouche, pendant que je me faisais dérouiller le cul dans le noir, car la lumière venait de s’éteindre. Lorsque cette dernière s’est rallumée, j’ai réalisé qu’il y avait quatre mecs autour de nous. Ils avaient tous leur sexe dans la main et étaient en train de se branler. J’étais tellement excitée que je les ai suppliés de me baiser aussi.

Hassan venait de se vider dans mon cul, et le grand black avec pris le relais. J’en profitais pour sucer et branler les autres racailles qui nous entouraient. Je crois que le moment où j’ai pris le plus mon pied a été lorsque j’ai pris quatre queues en moi : deux dans la chatte, une dans le cul et une dans la bouche. Je branlais et suçais les deux autres à tour de rôle. Ils m’ont finie en me plaquant au sol, pour m’inonder de leur sperme chaud, avant de m’ordonner de partir. Je crois que je ne me suis jamais sentie autant salope que ce soir-là. Je suis rentrée chez moi avec les dessous souillés, remplie de foutre et toute décoiffée. Mon mari n’a même pas fait attention à cela, alors c’est pour dire si je ne regrette pas ce qu’il s’est passé et si j’ai très envie d’aller régulièrement faire mes courses dans cette épicerie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *