la lingerie de Monique

La lingerie de Monique

Je suis Nicolas, un jeune marié de 28 ans, mais cela fait 4 ans que j’habite avec ma douce et bien-aimée Lucille. Nous vivons tranquillement, encore sans enfants, ma femme est secrétaire à temps plein et moi, je travaille comme contremaître dans une usine de métallurgie, je fais ce qu’on appelle «  les 3 huit », je travaille tantôt de nuit, tantôt le matin, tantôt l’après-midi. C’est un rythme parfois fatigant, mais heureusement, je peux me reposer autant que j’en ai besoin.

Je suis brun, les yeux bleus, plutôt fin, les traits du visage délicats, mince, de taille moyenne, mais l’on dit que j’ai du charme. En tout cas, mon adorable petite femme le pense et c’est bien suffisant car elle me comble sur tous les plans !

Lucille est petite, blonde, les yeux noisettes, toute mince, délicate, elle réveille mes instincts de mâle protecteur et notre vie sexuelle s’en porte très bien. Toute en finesse et en délicatesse, elle sait nous faire trouver le chemin du plaisir à tous les coups. Elle a une beauté naturelle et se montre toujours sans artifices, s’habillant simplement, jean, sweat, chaussures confortables, elle a encore un style d’adolescente sportive.

La mère de Lucille, Michelle, nous prête souvent sa maison dans la campagne voisine pour passer le week-end au calme loin de la ville. Michelle sort beaucoup et invite souvent des amies.

C’est une femme divorcée de 56 ans, pulpeuse, bien en chair, et aussi sophistiquée que Lucille est naturelle. Savamment coiffée par un coiffeur chic, elle porte un parfum raffiné et capiteux, un maquillage très étudié, mettant en valeur ses cheveux blond platine et ses yeux bleus intense. Sa bouche pulpeuse est toujours ornée d’un rouge mat ou brillant, mais très vif.

Ses ongles sont toujours impeccablement vernis et sa garde-robe ne contient que des tenues classes et sexy, des escarpins vertigineux, des chaussures de marque, qui mettent en valeur sa cambrure naturelle. Ses décolletés généreux laissent entrevoir une poitrine opulente et une peau parfaite. Bien que j’essaie de ne pas y prêter attention, je ne peux m’empêcher de remarquer une aussi belle femme qui aime attirer l’attention.

Ce week-end, nous sommes donc chez Monique .Ce samedi après-midi, Lucille est partie faire des courses dans la ville voisine, et sa mère est sortie avec une amie. J’ai la maison pour moi tout seul, j’enlève tous mes vêtements et je me vautre sur le canapé avec l’idée de mater un film porno.

J’aperçois une corbeille mal fermée à côté de moi, et du linge qui dépasse : par habitude, je jette un coup d’œil et dans ma main, j’ai une culotte en dentelle noire et résille transparente, qui semble très échancrée aux fesses, c’est la culotte de Monique, c’est son linge prêt à être lavé.

Cette culotte est vraiment très belle, je la froisse avec mes doigts, elle fait un petit bruissement agréable à mes oreilles, le tissu est doux, la culotte encore un peu mouillée à l’entrejambe…je ne peux pas résister plus longtemps et je la porte à mon visage, je la respire, je sens cette odeur de chatte mouillée, de culotte portée qui a touchée le cul de Monique, sa transpiration, et j’ai une trique d’enfer !

Je pose sa culotte contre mon visage et je commence à me branler bien fort, ma queue bien dure commence à perler, je pose la culotte de ma belle-mère sur ma bite et je me masturbe de plus en plus vite.

La porte s’ouvre, je stoppe net, et Monique est là, superbe, dans sa jupe serrée moulante, et son chemisier transparent décolleté, je vois son soutien-gorge corbeille qui exhibe ses seins généreux.

J’ai honte, je ne sais pas quoi dire, j’ai encore la bite à la main et la culotte de Monique posée dessus. Je débande, mais je ne trouve pas mes mots.

Visiblement, Monique n’est pas choquée. « eh bien Nicolas, j’ignorais que tu aimais autant la lingerie, si tu veux, je t’en garderai pour la prochaine fois » dit-elle d’un ton amusé. Elle s’approche de moi, retire son chemisier, se penche et retire son soutien-gorge qu’elle pose sur ma queue.

Sentant le tissu soyeux de son soutien-gorge, et voyant ses magnifiques seins nus devant moi, je rebande aussitôt, le soutien-gorge et la culotte de Monique se balancent sur mon sexe, comme les seins de Monique se balancent devant moi, leurs aréoles rosées si tentantes se posent contre mon torse, je suis au supplice.

Monique prend sa culotte, s’assied sur moi, jambes écartées et me branle entre ses seins jusqu’à ce que je jouisse sur ses beaux seins aux tétons gonflés si excitants.

Je suis très gêné, Monique me dit alors «  allons, ce n’est pas si grave, Nicolas, on s’est bien amusés tous les deux, tu n’es pas le seul à fantasmer sur la lingerie et sur ta belle-mère ! ». Elle va prendre une douche, et j’attends qu’elle libère la salle de bains, honteux et très excité à la fois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *