Libertin confiné

Libertin confiné

Je m’appelle Hubert, je suis consultant pour une entreprise internationale d’informatique, j’ai 32 ans, célibataire.

Je ne cherche pas à me caser, j’aime changer de partenaire régulièrement, femmes, hommes, couples, je fréquente aussi les clubs libertins, les saunas, et j’adore les parties fines des soirées privées.

Je suis libertin depuis toujours, pas seulement pour la liberté et l’évasion sexuelle, mais aussi parceque je suis un être sociable, et  que j’aime le contact avec les gens, les rencontrer, les découvrir, apprendre des choses avec eux. L’être humain me passionne, et m’excite, et me procure énormément de plaisir, je suis profondément sociable.

Pour les fêtes de début d’année, je me suis offert une escapade dans un pays voisin pour y visiter une ville que j’aime beaucoup et aussi y faire de nouvelles découvertes dans un sauna libertin.

J’y ai croisé des gens charmants, j’y ai baisé des femmes délicieuses.

Naturellement, les gens sont nus ou juste couverts d’une serviette, et dans le jaccuzzi, les conversations créent les affinités et les regards confirment les attirances.

Après, tout se joue sous l’eau, les mains se rencontrent, les jambes s’enlacent, l’on s’effleure, on se chatouille, on se caresse le sexe…on peut baiser tous ensemble ou à deux pendant que les autres regardent et se caressent tout est permis, et j’adore cette liberté, voir des queues bien dures fièrement dressées et rentrer doucement entre des jambes écartées dans une chatte ouverte généreusement, entendre les gémissements, les cris…

J’ai donc caressé ma voisine, une rousse sexy à la longue crinière bouclée, les yeux verts plein de promesses, des seins en forme de poire, généreux, doux et tendres, que j’ai malaxés devant deux hommes qui se branlaient doucement. Puis j’ai léché ses tétons, massé ses cuisses et ses fesses larges, et elle a léché mon gland, gobé mes couilles avec délectation.

Puis elle s’est assise, m’a présenté son magnifique cul bombé, les mecs autour de nous contemplaient ses superbes gros seins qui balançaient, je bandais comme un porc, et j’ai introduit ma bite dans sa belle chatte, doucement, et profondément. Je lui balançais des coups de butoir, mes couilles claquaient contre son cul, les mecs lui faisaient lécher leurs bites, et elle gémissait de plus en plus de plaisir, j’ai même senti sa chatte se contracter autour de ma bite, ce qui m’excitait encore plus. J’ai giclé dans sa chatte, et les mecs dans sa bouche et elle a tout avalé. Un superbe début pour plusieurs heures d’orgie en bonne compagnie.

Un mec m’attendait dans une salle de massage, je l’ai massé, entre les cuisses, et il m’a attrapé par les hanches pour m’enculer, j’ai écarté les cuisses, il a mis du gel sur mon anus, et m’a pénétré profondément et a fait de moi sa petite chienne salope et soumise et j’ai pris un pied incroyable !

Et là, je suis confiné, avec ce virus, cette pandémie. Je vis seul, mon entrepris m’a mis en télétravail. j’ai des occupations, je m’entretiens, je travaille, je cuisine, etc.

Mais le sexe me manque grave, les gens me manquent, j’ai envie de cul, j’ai envie de me branler, je mate du porno, mais je me sens encore plus seul.

Alors, j’appelle le téléphone rose. Je compose le 08 et je choisis une hôtesse qui a l’air sympa, drôle, et j’attends qu’elle finisse de faire jouir le mec avant moi, leur conversation m’excite, cela me rappelle le bon temps.

J’ai juste envie de lui parler, de la connaître, qu’elle me parle de sexe, qu’elle me dise comment sont ses seins, son cul, sa chatte, je l’imagine, je lui parle de moi, de ma queue, de mes envies.

J’adore qu’elle me raconte ses fantasmes et ses expériences sexuelles, je la rappelle pour en savoir plus, elle m’excite, je jouis, et je continue de parler avec elle.

Depuis le début de confinement, j’ai pris l’habitude de l’appeler au moins deux fois par jour , et je suis à fond, je ferme les yeux après avoir maté ses photos, et je l’imagine près de moi me faisant ses confidences, jambes écartées, se caressant le clito, pendant que je me caresse avant de la caresser…je l’adore, et elle brise ma solitude, elle comble mon manque de sexe et de contacts.

Vive le téléphone rose ! Et merci à vous, les hôtesses, de nous apporter tant de réconfort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *