Fist Fucking

Je m’appelle Annabelle et j’aimerais vous parler de deux expériences qui me sont arrivées. J’ai fisté et on m’a fisté.
Une pratique marginale, souvent décriée mais qui a été une révélation pour moi. Ma rencontre avec Paul a été libératrice. Jusqu’ici, je ne m’adonnais qu’à une sexualité classique. J’avais oublié le frisson de la découverte. Mon initiateur m’a d’abord fait découvrir le plaisir d’être fistée vaginalement. Je vais me décrire et lui aussi, je veux que vous puissiez nous imaginer. Je suis grande, brune, mince avec une poitrine très généreuse et j’ai 36 ans. Je suis célibataire et j’ai rencontré Paul sur Tinder.
Lui, est grand, blond, élancé, des traits fins et des yeux bleus, la petite quarantaine. Nous avons fait l’amour de manière très conventionnelle. Paul s’occupait de ma petite chatte, il me léchait les lèvres, aspirait mon clitoris avec délectation, puis il introduisit un doigt, je sentais mon plaisir monter, j’étais trempée. Il me fouilla ainsi longuement, inlassablement, jusqu’à y  mettre quatre doigts. J’étais bien dilatée, jamais un homme ne m’avait autant ouverte la chatte. Je pensais qu’il allait s’arrêter là, j’étais aux portes de l’orgasme. Il faisait des va et vient et je remuais du bassin, me tordant de plaisir, je pinçais mes tétons, je voulais jouir, j’en avais besoin ! Il me surprit en me demandant « tu aimerais que j’y introduise ma main en entier ? ».
J’ai réfléchi un instant puis j’ai acquiescé, je voulais le sentir en moi, il m’avait suffisamment préparée pour que l’introduction se fasse de la plus agréable des manières. Il est entré en moi, sa grande main d’homme, son poing, il m’a ouverte et a commencé à faire des mouvements réguliers. Je sentais mon orgasme monter.
Puis, les vagues de plaisir intenses se sont succédés. J’étais hors de moi, je l’ai ressenti dans tout mon corps. Il m’avait fait connaître un tel plaisir … Que je voulus lui rendre la pareille. Je lui demandais comment. Il me dit que je pouvais moi aussi lui donner un orgasme intense en m’introduisant en lui. J’étais très sceptique, j’avais déjà doigté un homme, en le préparant avec ma langue. La pratique ne me répugnait pas, j’avais juste peur de lui faire mal. Il me rassura sur ce point. Nous avions à portée de main un lubrifiant à base d’eau et des gants en latex noirs, il fit un lavement au préalable. Il me fit mettre une robe ne latex et me dit de prendre un ton sévère et assuré, quelque peu condescendant. Sans forcément l’insulter, mais je devais lui faire comprendre qu’il m’appartenait. Je me mis totalement en condition, la domina en moi s’était réveillée et elle savait exactement quoi faire, je portais des talons aiguilles noirs avec une bride, un rouge à lèvres carmin. Il aimait regarder le cérémonial préliminaire : L’enfilage de gants. Il bandait déjà bien dur. Sa queue bien rose était veinée, je le fis se mettre sur le dos, le bassin rehaussé. Je voulais qu’il jouisse en me regardant dans les yeux. Je commençais à lui introduire mes doigts, gantés, deux passaient déjà largement, il avait l’habitude de se faire ouvrir. Je cherchais sa partie sensible, je le titillais, quand le sentis qu’il mouillait, il dégoulinait du cul. Je me sentais toute puissante. Son cul chaud, m’appartenait, ma main douce de femme progressait à l’intérieur. Je remuais mes doigts, je sentais son plaisir monter en puissance. Puis, mon poing ne fit plus qu’un avec son sphincter, j’étais en lui, je branlais sa prostate, il était comme une marionnette.
Il me guida et me dit que j’allais le faire jouir très fort. Douloureusement, de manière explosive, que mon cadeau serait un orgasme intense, rien à voir avec l’éjaculation, qui lui semblait maintenant fade à côté. Il jouit, longuement, il était dans un état second. Il me remercia et me dit que nous pourrions recommencer quand je le voulais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *