Le bon docteur

Le bon docteur

Je m’appelle Olivia, et j’ai 43 ans. J’exerce un métier de consultante indépendante et je suis divorcée, libre comme l’air, je profite de la vie et des plaisirs de la chair. Je n’ai pas de genre d’homme en particulier, je fonctionne au feeling, au charme. Parfois, je peux aussi me tourner vers une femme qui me plaît et passer un moment torride avec elle.

Je mesure 1,60m, je suis menue d’allure sportive, les cheveux blonds naturels, longs et bouclés, les yeux verts, une bouche pulpeuse, des seins généreux, un petit cul bombé et des jambes fuselées. J’aime m’habiller de façon excentrique et même parfois provocante, jupes longues fendues très haut, décolletés laissant voir mes seins fermes, pantalons moulants, …j’aime le regard des hommes et des femmes.

Quand je m’entend bien avec l’une de mes conquêtes, j’aime que cela dure, en faire un sex-friend que j’appelle quand l’envie ou le besoin s’en fait sentir. L’avantage avec quelqu’un que l’on connaît bien, c’est que l’on se permet des nouvelles positions, des nouveaux endroits et c’est très excitant !

Il y a 20 ans, j’ai eu une aventure avec mon médecin, un homme très très grand, brun, svelte, le teint mat, les yeux verts. Pierrick était à la fois doux et très viril, et il avait des mains superbes, longues ,fines, soignés, qui savaient me donner du plaisir de plein de façons !

Il me caressait longuement la colonne vertébrale, puis les fesses, m’embrassait longuement en caressant ma langue avec la sienne et déboutonnait mon chemisier en prenant son temps, ce qui me faisait frissonner. Mes frissons l’excitaient, il prenait alors mes seins en main, puis en bouche tout en caressant ma chatte et la pénétrait ensuite avec ses longs doigts.

Je caressais son corps entier, je buvais ses lèvres, je mangeais sa queue longue et dure, en pétrissant ses fesses puis ses couilles, il léchait mon minou, le dévorait et me prenait en levrette ou en missionnaire, les jambes sur ses épaules larges. Il me pénétrait doucement puis glissait de plus en plus vite, faisait une pause en s’appuyant au fond de moi et reculait jusqu’à mon point G, et je l’inondai abondamment de mouille chaude en gémissant de plaisir. Il connaissait parfaitement l’anatomie de la femme, et m’a fait jouir un nombre de fois incalculable.

Il a été mon amant favori, je n’ai jamais autant joui avec un homme. Dans son cabinet, à l’hôtel, chez moi, en extérieur même une fois, dans un endroit reculé dans les bois. Un jour, il m’a offert des boules de geisha que j’ai encore et qui me font encore jouir. Il me les introduisait dans la chatte, et j’étais excitée à chaque pas, et lui relevait ma jupe d’un coup et caressait ma culotte mouillée, m’excitant encore plus.

Bien sûr, nous jouions souvent au docteur, et j’adorais qu’il m’examine consciencieusement, me fouillant la chatte avec ses longs doigts, léchant mon anus avec délectation et me prescrivant des séances de masturbation à lui raconter ensuite…

Quand j’ai déménagé, j’ai perdu le contact, et malgré mes nombreuses aventures, j’ai gardé de tendres souvenirs et une sacrée envie de le revoir ! Alors, j’ai utilisé cette expérience acquise auprès de lui afin de faire jouir mes camarades de jeux en jouant en docteur avec eux. Cela doublait ma propre jouissance et en fermant les yeux, parfois, je revoyais Pierrick, mon bon docteur, et je hurlais de plaisir, excitant mon partenaire qui me donnait toute sa semence.

Je suis revenue il y a quelques mois dans ma ville d’origine, et je n’ai pas tenu longtemps avant de recontacter Pierrick. 15 ans plus tard, il n’avait pas changé, ses cheveux sont plus gris, il a quelques petites rides, mais surtout il a  conservé ce charisme incroyable !

Il a d’abord été étonné, et nous avons évoqué avec nostalgie nos souvenirs. La magie opérant toujours, ses longues mains fines ont naturellement retrouvé le chemin de ma chatte en chaleur, et les miennes ont déboutonné son pantalon très vite. Je portais mes boules de geisha, ses yeux se sont mis à briller et il bandait très fort.

Nos retrouvailles ont été rapides,  il a retiré mes boules de geisha, m’a pénétrée de suite et a joui très vite, m‘inondant de sa semence virile. Profitant de sa nouvelle érection rapide, il m’a prise en levrette, longuement par-derrière, et nous avons joui comme des fous. Et ce n’est que le début…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *